Accompagner la puissance publique dans la construction de projets ancrés dans leur territoire est au coeur de nos pratiques.

Au fil de ses interventions, la SCOP REPÈRES a construit des outils de conduite de projet basés sur des techniques d’ingénierie sociale et des méthodes issues de l’Éducation Populaire.

Ainsi, il est essentiel de situer la démarche dans un contexte global qui doit permettre de définir l’espace d’intervention, les temps dédié et les étapes à franchir.

Afin de pouvoir proposer des objectifs précis et définir les ressources mobilisables à la mise en oeuvre de tous projets, la démarche doit avant tout s’appuyer sur une analyse de la situation par l’élaboration d’un diagnostic qui s’inscrira dans une démarche de développement territorial, “conçu comme l’augmentation de la capacité des acteurs d’un territoire à maîtriser les processus qui les concernent” (Deffontaines et al., 2001).

Ce diagnostic constitue alors un moment important dans le processus de projet puisqu’il l’instrumente, l’accompagne et cherche à l’orienter. Il abouti aussi à une dynamique d’actions et peut donc comporter quatre phases articulées entre elles :

  • l’état des lieux proprement dit : c’est-à-dire l’analyse organisée des faits et des actions qui caractérisent un territoire ;
  • la détermination des enjeux : c’est la formulation en termes économiques, sociaux ou environnementaux des effets possibles des dynamiques à l’œuvre et des risques encourus ;
  • le choix d’une stratégie : c’est la hiérarchisation des enjeux en fonction des dynamiques observées et des objectifs visés ;
  • la proposition de pistes d’actions possibles : c’est l’argumentation ouverte de mesures ou d’actions permettant le changement dans le sens voulu par les acteurs.

Les conclusions du diagnostic permettent de mettre en évidence des enjeux du territoire et poser les choix stratégiques et propositions d’actions.

Démarche projet

Arbre des objectifs

 

 

 

Le Projet défini des axes d’optimisation et d’évolution d’une action politique adaptée, cohérente et partagée par l’ensemble des acteurs. Il permet notamment :

  • la mise en cohérence de l’ensemble des actions et dispositifs existants sur le territoire,
  • la rationalisation des actions en direction des populations,
  • la formalisation des champs et périmètres respectifs d’intervention des acteurs.

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin

« Méthodologie de diagnostic pour le projet de territoire : une approche par les modèles spatiaux » – Géocarrefour vol 80/2 – 2005
« Méthodologie de projet pour l’animation socioculturelle : Quelles applications à la FASe ? » – Fondation genevoise pour l’animation socioculturelle  2005